Rite de fécondité

Au Turkménistan, le phénomène le plus marquant que nous avons observé sont les rituels de fécondité. Les femmes qui désirent un enfant viennent sur la tombe de saints, dont on ne sait plus bien qui ils sont. On vient se recueillir sur la tombe d’un ancien maître soufi. Un sage, qui, passé dans l’au delà, semble servir d’intermédiaire entre les hommes et l’invisible. Nous disons « l’invisible » car est-ce vraiment à Dieu que ces hommes et ces femmes s’adressent dans leur prière pour avoir un enfant, pour protéger un jeune malade ? Est-ce pour attirer l’attention d’Allah que les femmes nouent des petits bouts de tissus aux arbres ?
Voilà que nous mettons le doigt sur une problématique essentielle à notre recherche.

Ces pèlerinages, ces croyances et ces rituels, sont-ils partie intégrante de l’Islam ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s